mercredi 17 juillet 2024

Énigmes Nationales de Hockey

6 Équipes de la LNH offrent une ville où leurs joueurs salariés ne paieront aucune taxe.

4 des 5 dernières Coupes Stanley ont été gagnées par ces clubs. 

Tampa Bay, Vegas, Floride, Dallas & Seattle. 

Nashville est la 6ème ville et vient de signer des joueurs qui savent ce qu'ils font, Jonathan Marchessault, Steven Stamkos et Brandon Skjei. 

À Montréal, au Québec, ils ne seront pas taxés, ils seront, comme nous tous, double taxés. Voilà pourquoi un Vincent Lecavalier, Jarome Iginla et même un Jaromir Jagr se sont eux-mêmes freinés d'arriver à Montréal. Une fois informés. L'ambiance, les partisans passionnés c'est bien. Mais ce n'est pas le foin. Ça reste un mystère à savoir si les clubs taxant le moins les paies de leurs joueurs sont avantagés pour gagner la Coupe. Ça se gagne quand même sur la glace. Mais si on a un club de joueurs heureux...enfin...

Les Capitals de Washington ont été, l'an dernier, une véritable énigme. Terminant la saison avec un différenciel de -37, ils ont fait les séries quand même. Parmi leurs joueurs, Alexander Ovechkin, qui n'avait que 8 buts quand le 1er janvier 2024 a sonné la nouvelle année et une fiche de -22. Ovy a quand même terminé la saison avec...31 buts. Mais en gardant son -22. Il marquait plus de 30 buts pour la 18ème fois de ses 19 saisons dans la LNH. L'unique fois qu'il ne l'a pas fait, il n'avait joué que 45 matchs dans une saison de 56 réduite par le Covid et ralenti par une rare blessure. Il en avait quand même marqué 24. Comment commenceront-ils la prochaine saison, Ovy et Dubois ?

Une question que tout le monde se pose est "réussira-t-il à battre le prétendu record de buts dans la LNH de Wayne Gretzky ? La réponse est fort probablement. Cette année ou l'autre. Wayne en a totalisé 894 buts en 1487 matchs. Ovy en a 853 en 1426 matchs. Il ne lui en manque que 42. Ou deux saisons de 21. Ce qui serait peut-être un jeu d'enfant pour lui. À moins qu'une fâcheuse blessure ne l'en empêche. Ne lui souhaitons pas. Si il joue tous les matchs cette saison, ce qu'il n'a pas fait depuis 2018, année de l'unique conquête de la Coupe Stanley des Caps, il aura joué plus de matchs que Wayne, soit 1508. Il est déjà quasi assuré d'en jouer plus que lui. Est-ce que Pierre-Luc Dubois sera un ajout d'envergure pour le marqueur de plus de 30 buts ? On a hâte de voir. Dubois a encore tout à prouver.

À Seattle, ce sera intéressant de voir la toute première femme derrière un banc de la LNH dans le rôle d'assistante entraineuse. Jessica Campbell. Ce sera aussi intéressant de voir la progression (ou l'absence de celle-ci) de Shane Wright qui pensait être repêché premier du repêchage de 2020, et qui a été mis de côté par 3 clubs, le plongeant chaque fois dans un désarroi intérieur troublant. Il n'a pas encore prouvé sa place dans la LNH, mais n'a pas mal fait du tout non plus, lorsque rappelé. En 8 matchs, l'an dernier, il a marqué 4 fois. Totalisant 5 pts. Il n'avait joué que 8 matchs l'année de ses 18 ans aussi, marquant 1 fois et obtenant 1 mention d'aide. Il n'a pas 21 ans encore. L'aura en janvier prochain. Il a encore beaucoup de temps pour développer ce qu'il aurait de talent. Si il travaille bien, il aurait toutes les raisons de commencer comme un des deux premiers centres de l'encore assez neuve formation. 

Finalement, une autre énigme reste les Maple Leafs de Toronto. Qui entameront la prochaine saison avec comme principal changement, leur entraineur. Je ne sais pas pour vous, mais je ne suis pas un ferme convaincu que Craig Berube sera un bon choix derrière le banc du club. Bien qu'il ait gagné la Coupe Stanley, je ne crois pas qu'il eût été d'aussi grande importance que Billington, O'Reilly, Pietrangelo, Perron ou Maroon dans leur conquête de 2019. Jean Perron et Bill Crisp ont gagné des Coupes aidés respectivement par des Canadiens et des Flames bien meilleurs qu'ils n'étaient eux-même bons entraineurs. Quand Montréal a atteint l'improbable finale de 2021, ce n'était pas grâce à Dominique Ducharme, mais surtout grâce à Price, Weber, Perry, Gallagher dans une moindre mesure et Staal. Qui dominaient de leur bonne influence dans ce vestiaire. Ducharme a même dû manquer une partie des séries derrière le banc en raison du Covid et ça n'a pas empêché ce club de se tenir et de gagner en se rendant en finale, battant Vegas pour l'atteindre, sans lui. C'est Dominique Ducharme lui-même qui a identifié ces joueurs dans le vestaire qui ont fait croire à toutes leurs chances. 

Parmi eux, il y avait deux bagues de la Coupe Stanley en Perry & Staal. Jake Allen aurait pu se lever aussi, il en avait une également. Joel Edmunson également. L'ont peut-être fait. Il y avait des gagnants dans ce vestiaire. 

Berubé sera presque l'unique ancien gagnant de cette Coupe dans ce vestiaire qui comprend toujours les mêmes joueurs capables des mêmes erreurs que par le passé. 

Parmi les nouveaux, un néo-gagnant de la Coupe. Anthony Tolarz et sa bague de la coupe avec les Panthers (mais sur banc). Matt Murray a aussi gagné il y a pas si longtemps. Joseph Woll promet beaucoup. À 26 ans, ça passe ou ça casse. Dennis Heldeby est le plus jeune à 23 ans, et devrait commencer la saison avec les Marlies. Mais de quoi auront l'air les Leafs avec la même gang cette saison ? La foule commencera-t-elle à huer Mitch Marner ? Qui sera le gardien #1 ?

À Montréal, Kirby Dach aura une autre saison de moins de 60 matchs ? l'an dernier il avait 2 pts en autant de matchs. N'en a plus joué un calisse par la suite. Il n'a que 23 ans, ça joue en notre faveur, mais faudra durer, Kirb. Ton unique match des World Junior aura-t-il été un signe annonciateur de la suite des choses ?

Et Tortorella à Philadelphie ? Chant du cygne ? Que pensent les autres organisations de savoir que Cam Atkinson, qui a eu John Tortorella comme entraineur par le passé, est désormais dans une telle discorde avec lui qu'il serait offert à tous les autres clubs de la LNH. Ces clubs qui écoutent pensent que c'est Atkinson le problème ou Tort. et ses manières ? Tort. en est à sa saison 2 à Philadephie. De 4. Gagnera 4 millions par saison derrière le banc.

Ce qui explique mal pourquoi Todd McLellan gagnait 5.5. à L.A. N'ayant gagné la Coupe, lui, que comme assistant entraineur des Wings en 2008. Jamais comme entraineur chef.  La Coupe de Tortorella aura 20 ans cette année. 

McLellan aurait refusé de devenir l'entraineur des Bluejackets qui ne comptaient pas lui donner autant d'argent. Mais il assure que ce n'était pas une question d'argent.

Ce qui confirme le contraire, selon moi. 

Columbus hésiterait entre Jay Woodcroft et Dean Evason, Don Waddell, nouvellement DG des Bluejackets, veut avoir fait son choix avant le mois d'août. 

Je vous parles des 32 clubs et des noyaux de chacun d'eux, autour desquels il faudrait bâtir selon moi, la semaine prochaine. 

Je commences à avoir très hâte que tout ce cirque se mette en branle. 

Ça commence hors glace très bientôt.  

Là où souvent ça se gagne avant même de fouler la patinoire. 

mercredi 10 juillet 2024

Le Facteur Russe

 "Papa !!! on a DEMIDOV!"

C'était mon fils, si surexcité qu'il a sauté partout à en décrocher la porte du hall d'entrée en y faisant entrer sa blonde car il doublait sa surexcitation en croisant ses yeux (elle habite 273 kilomètre plus loin, ils se voient peu souvent). Après qu'on eu refixé la porte du garde-robe de l'entrée, on a discuté. 

Je n'étais pas excité. Demidov est Russe. Je ne crois pas toujours aux Russes. C'est de la faute au gros Marcel Aubut à Québec qui nous avait vendu le gardien Sergei Mylnikov au début des années 90 et qui nous était arrivé gravement en surpoids, ne gardant que 10 matchs, maintenant une fiche de 1 victoire 7 défaites et 2 matchs nuls, et une moyenne de buts accordés de 4,96 PAR MATCH. Il était meilleur mangeur de tartes aux pacanes que gardien. 

C'est aussi de la faute à Nail Yakupov, un des plus gros ballon dégonflé du repêchage de la LNH. Vladislav Tretiak repêché par les Canadiens de Montréal, mais qui ne serait jamais venu parce que l'URSS ne l'aurait pas laissé les abandonner. En raison de la KHL aussi, ligue opérée par des mafieux qui tiennent en laisse bien des talents et pratique souverainement le chantage et les menaces. 

Mon fils était révolté que les Canadiens aient passé par dessus Matvei Michkov l'an dernier. Pas moi. Je n'y crois pas en Mich. En partie parce qu'il est Russe. Raciste me direz vous? Ok, si c'est comme ça que vous choisissez de le voir, j'endosse. Mais vous voyez d'où je pars. Le saut en Amérique n'est pas facile quand on est Russe. On nous rappelle Malkin, Ovechkin, Panarin, Tarasenko, mais voilà, Malkin est arrivé à 21 ans dans la LNH. 3 ans après avoir été repêché. Ovy 2 ans après avoir choisi tout juste avant Malkin, la même année. Panarin n'a pas joué avant ses 25 ans dans la LNH. Tarasenko ? Pas avant ses 22. Si Malkin et Ovechkin étaient des talents certains à choisir très haut, il en était de même pour Panarin et Tarasenko. Vladimir a été snobbé par 15 clubs avant que St-Louis ne le repêche au premier tour. Malgré des saisons de 32 pts en 31 matchs et de 38 en 39 en Russie. Et pour Panarin, il n'a tout simplement jamais été repêché après une saison de 62 pts en 54 matchs. Simplement signé par des recruteurs de Chicago avec un certain flair. Pourquoi on ne risquait pas avec ces deux-là ? 

Pour ce que je vous jasais plus haut: le facteur Russe. Repêcher est déjà une promesse, une anticipation, un pari, et rien d'autre, si en plus il faille attendre 2-3-4 ans avant de connaître le résultat de pari, ça ne peut pas être excitant. Demidov est lié à son contrat dans la KHL, il ne sera pas là en septembre. 

Il y a un frein mental quand on repêche Russe. 

Mais qui ne semble aucunement exister, en Caroline. La Caroline est une étrange concession. Après avoir gagné une Coupe Stanley et l'avoir fait parader dans des rues aux regards d'incompris et d'intrigués*, en 2006, l'équipe a pris l'habitude de faire une petite folie (qu'ils ont désormais abandonné je crois) après le salut à la foule en fin de match, comme se tirer dans la bande tous ensemble et autres cabrioles. Ceci a fait dire au commentateur sportif (jerk), Don Cherry, qu'ils étaient une bande de jerks. La Caroline a admirablement bien repris le terme Jerk à son avantage et l'a surutilisé en parlant d'eux. Refusant le péjoratif, ils ont rendu le mot caduque de signification en se l'attribuant avec le sourire. Cherry a perdu son job depuis, parce que justement trop fucking jerk. Il avait entre autre parlé contre les femmes dans l'univers du hockey. La LNH confirme de nos jours qu'il était périmé dans les idées avec l'embauche de Jessica Campbell par la concession du Kraken de Seattle, où elle travaillera avec l'entraineur Dan Bylsma. Mais depuis, les Hurricanes font des drôles de choix. Et je ne parles pas de narguer Montréal en leur faisant le coup que les Canadiens leur avait fait pour Aho, mais eux offrant hostilement beaucoup trop d'argent à Jesperi Kotkaniemi. Et de nier ensuite agir en mode revanche. Je parles de l'embauche (deux fois) du raciste Tony DeAngelo qui n'a pas sa place dans la LNH. Et de celle du cocaïné oiseau Euvgeny Kuznetsov.   

La Caroline se distingue aussi face au facteur Russe que la concession ne reconnait pas du tout. Lors des 5 dernières sessions de repêchage, depuis 5 ans donc, 138 joueurs Russes ont été sélectionnés. La Caroline domine les 32 clubs de la LNH avec 20. Les Devils du New Jersey et les Flames de Calgary sont deuxième à égalité avec...8 chacun. Et le Colorado est troisième avec 6, mais l'Avalanche est seconde en % puisque c'est 6 joueurs en 25 sélections, tandis que Cal & NJ c'est 8 en 35. C'est dire à quel point ce facteur n'existe en rien pour la Caroline. Lors du dernier repêchage à Vegas, ils en ont encore repêché 6. 

Les contrats de la KHL sont durs à s'en extirper. Demidov a promis de jouer une dernière saison là-bas (saison obligée par contrat) et d'ensuite faire le saut, mais le fera-t-il ? pourra-t-il ? Le gardien choisi par les Flyers, Ivan Fedotov, a été forcé à l'effort de génocide de l'Ukraine dans les rangs militaires Russes. Demidov est plus jeune et très en santé. Sera-t-il recruté également parmi les criminels de guerre ? 

Le contrôle sur le développement du joueur dans l'organisation reste aussi limité si il se développe longtemps là-bas. La barrière de la langue est un autre frein. Si le joueur arrive "en retard" dans le giron du club qui l'a choisi, et qu'il doit aussi apprendre à simplement communiquer, c'est beaucoup de gestion et d'adaptation dans des wagons souvent pressés d'avancer. Miser Russe, c'est un pari sur un autre pari. 

Les Bruins de Boston sont le contraire de la Caroline. Si 5 clubs ont repêché un seul Russe dans les 5 dernières années, Boston est l'unique club de la NHL qui n'en a repêché aucun. Ivan Miroshnichenko, ailier gauche repêché par Washington en 2022 en première ronde (20e) a fait le saut dès ses 19 ans. C'est encourageant. Il est encore attendu dès l'automne après ses 21 matchs au sein des Capitals de l'an dernier. Mon jumeau cosmique, Miroshcnichenko a 20 ans et en aura 21 quand j'en aurai 53. Un autre pari des Caps sera Prend-Laroute-Situboude Dubois. Sera-t-il efficace pour le club ? Trouvera-t-il  enfin le bonheur dans son ti-coeur ? Ce faudra aussi être le bonheur commun du coach et du club. Princesse Diva Dubois devra finir par aimer sa robe de bal.

Je me croise les doigts pour Demidov dont on compare la spectacularité à celle de Guy Lafleur dans les années 70. Sans promettre en accoter les chiffres la barre est soudainement haute. Si il fait tourner les têtes comme Kovalev se sera déjà beaucoup. 

La tarte aux pacanes, Ivan, c'est pas si bon.

*Le hockey est le 6ème sport d'importance en Caroline après le football de la NFL, le basket de la NBA, le baseball, le NASCAR et le golf.  

mercredi 3 juillet 2024

Bons & Mauvais Coups du Marché des Agents Libres

Encore en cours, mais bon, jusqu'à maintenant.

Dans les bons coups, Nashville. 

En signant Steve Stamkos pour 4 ans, à 8 millions par année, Jonathan Marchessault pour 5 ans à 5,5 millions et Brady Skjei pour 7 à 7 millions, Barry Trotz, maintenant directeur gérant du club qu'il dirigeait autrefois voulait frapper fort, vite. L'équilibre Forsberg, Josi, Saros a du renfort. Ils sont tous au meilleur d'eux-mêmes, et Nashville pourrait faire plus que les séries de justesse l'an prochain. Si Trotz était resté modeste, les Predz seraient restés bons mais juste pas assez. Ils pourraient être dès septembre/octobre, dangereux. La durée des contrats (Steven a 34 ans, Jonathan, 33) ne vieillira pas bien, mais à court terme, ça pourrait rapporter car on importe aussi, 3 bagues de la Coupe Stanley. Skjei, c'est 31 buts en 2 ans pour un défenseur. Et 6'3 2010 livres à tasser. Belle mise pour n'importe qui. 

Belles prises pour les Oilers aussi. 

En finale, avec la blessure d'Evander Kane, Leon Draisatl pilotait une seconde ligne avec à ses ailes Dylan Holloway et Warren Foegele. On a maintenant signé Viktor Arvidsson, qu'on avait un peu oublié l'an dernier puisque presque toute l'année blessé, 2 ans, 4 millions, et Jeff Skinner, 32 ans. Mais le premier, lorsque revenu l'an dernier a totalisé 15 pts en 18 matchs. Alors imaginez avec le talent d'un Draisatl. Et Skinner, un an seulement, à 3 millions, a pas moins de 6 saisons de 30 buts ou plus derrière la cravate. Imaginez avec Hyman et McDavid ! Peut-être 50. Arvidsson est un ancien Predz et ami de Mattias Elkhom. Pas de gros risques, et bons investissements. 

Les deux derniers premiers choix seront aussi épaulés. 

L'an dernier, Connor Bedard avait Nick Foligno et Corey Perry en début de saison, puis, Philipp Kurashev pour le seconder. Mais on a acquis Tyler Bertuzzi, pour 4 ans, à 5,5 millions, et on a ramené Teuvo Teravainen pour 3 ans, à 5,4 millions. Bertuzzi avait commencé lentement l'an dernier à Toronto, mais avait marqué 15 fois dans ses 29 derniers matchs de la saison. Comme Foligno, il défendra sans gêne Connor Bédard. 

Maklin Celebrini n'aura pas des ailiers aussi moyens à ses côtés à sa première saison. Il aura au moins Tyler Toffoli, gagnant de la Coupe en 2014 avec les Kings, finalistes en 2021 avec Montréal. Mais surtout marqueur de 30 buts ou plus dans ses deux dernières saisons avec trois clubs. De plus, on ajoute Alex Wennberg pour 2 ans, à 5 millions. Trop cher pour ce qu'il rapportera, mais avec Will Smith peut-être parmi le top 6 des attaquants, possible marqueur de plus de 20 buts. Ce qu'il n'a pas encore fait. 


Finalement dans les bons coups, les Capitals de Washington. Avant le marché des agents libres, Brian MacLellan a fait le pari du bébé gâté Pierre-Luc Dubois. En retour du gardien Darcy Kuemper et son mauvais contrat. Il l'a remplacé par Logan Thomspson qui n'avait plus sa place à Vegas et peut offrir beaucoup et il a obtenu des Flames, Andrew Mangiapane contre Beck Malenstyn. Mais le jour d'ouverture du marché des joueurs autonones, MacLellan embobinait le directeur gérant recrue des Senateurs Steve Staios lui refilant le vieillissant Nick Jensen etun choix de 3e ronde en 2026, en retour du jeune Jakob Chychrun. Qui n'a que 26 et peut encore donner beaucoup. 26 ans, c'est 8 de moins que Jensen. Ils ont aussi signé Matt Roy, 7 ans, 5,75 millions. Jensen sera vite oublié avec ces deux-là à la ligne bleue. Washington ne sera peut-être pas encore des séries, mais ils seront compétitifs et chiants pour les autres. 

Les moins bons coups. 

Ottawa. Et le cadeau Chychrun. Inexpérience de la part de Staios. Ils ont besoin de meilleur gardien. Ce besoin ne se comble toujours pas. On a aussi signé David Perron, 36 ans, pour encore deux ans. Perron a beaucoup ralenti en deux ans. Ils ont en revanche resigné le jeune Shane Pinto. Mais gardez le loin des paris sportifs. 

Los Angeles devait se séparer de Dubois et Rob Blake l'a fait. A-t-il gagner son échange ? dur à dire encore. Mais signer Joel Edmundson, à 4 ans, 3,85 millions, l'ailier Warren Foegele, 3 ans, à 3,5 millions, ce n'est pas beaucoup renforcer ses rangs. Edmundson n'a pas encore atteint le statut de décevamt, mais il a plus de 30 ans. Foegele, à 28 ans, vient de marquer sa première saison de 20 buts ou plus. Mais il jouait avec Draisatl. L.A. a toutefois encore 10 millions d'espace salarial au moment d'écrire ceci.

Seattle mise bizarre. Ils ont signé le défenseur Brandon Montour pour 7 ans, donc jusqu'à ses 37 ans, pour 7,14 millions. Puis ont aussi signé Chandler Stephenson, 7 ans aussi, jusqu'à ses 37 ans, aussi, pour 6,25 millions, beaucoup beaucoup trop pour un centre du genre. Montour aura la mission de quart arrière sans les apports des Forsling ou des Ekblad, mais avec l'aide d'un plus modeste Jamie Olesiak.

Elias Lindholm a rejoint les Bruins pour 7 ans, à 7.75 millions, et ce, même si il vient de connaître une très ordinaire saison. Ne prouvant pas encore être aussi bon ailleurs qu'il l'était, à Calgary. Oliver Ekman-Larsson sera-t-il la solution, à 33 ans, pour les 4 prochaines années, à Toronto afin de décharger Rielly du rôle de premier défenseur, lui qui est davantage deuxième excellent D ? Et le gardien auxiliaire champion de la Coupe Stanley Anthony Stolarz sera un bon ajout ? Jani Hakaanpaa arrive aussi à la ligne bleue. Et Marner, Tavares, Rielly, Matthews et Nylander sont toujours des Leafs...

Dallas a misé gros sur Matthew Dumba en lui donnant 2 ans, 3,75 millions et Illya Lyubushkin, 2 ans aussi, mais 3,25 millions, Les deux gagneront beaucoup ayant pourtant montré des signes de faiblesses dans leurs dernières saisons. 

Dans les bonnes signatures, Jake DeBrusk est maintenant un Canucks pour 7 ans, à 5,5, millions. Trois fois il a marqué 25 buts ou plus. Il fera peut-être plus avec les beaux talents de Vancouver. Anthony Mantha est maintenant un Flames pour un risque de seulement 1 an, prouvant peu depuis quelques années. Matt Duchene signe aussi un an seulement, à Dallas. Pour 3 millions. Il a connu une étonnante saison de 65 pts l'an dernier. Jonathan Drouin a bien fait l'an dernier, on le reprend 1 an, pour un petit 2,5 millions. Pas fâcheux comme investissement. 

Finalement Juraj Slafkovsky a signé jusqu'à ses 29 ans, pour 7,6 millions, avec les Canadiens. 

Suzuki, Ghule, Caufield, Slafkosvky, Dach si il finit par jouer 60 matchs ou plus, l'avenir de Montréal à retenir. 

Et Demidov....?

Hâte de voir si il tombera dans les déceptions Russes ou les Malkin, Ovechkin, Panarin. 

mercredi 26 juin 2024

Champions Panthers de la Floride

Les Panthers ont joué avec le feu. 

Dans une finale qui aura duré un mois (sans farces), ils ont gagné le 7ème match, surexcitant, par la marque de 2-1 face à une foule bruyante mais aussi assez idiote, à l'image de son État, huant Connor McDavid, nommé le joueur le plus utile des séries malgré la défaite.

Un phénomène rare, et seulement le second attaquant après Reggie Leach des Flyers de Philadelphie qui avait marqué 19 buts en 1976, record encore jamais battu, quand les Canadiens les avaient battus en 4 matchs. Imaginez si il y avait eu 7 matchs alors. Il en aurait marqué combien ? Peut-être aucun de plus, mais ça reste impressionnant. Zack Hyman s'en est rapproché avec 17 buts cette année, mais l'effort des Oilers a été insuffisant au final. 

La concession de la Floride a gagné sa toute première Coupe Stanley de son histoire, et à domicile en plus. Même si la culture sportive des fans là-bas, est regrettable.

Le brillant capitaine Finlandais, le tout premier Finlandais d'ailleurs à soulever la Coupe comme capitaine, gagnait sa première Coupe.

Trois des 4 premiers choix au repêchage d'il y a 10 ans ont soulevé aussi leur première Coupe. Aaron Ekblad, repêché premier par les Panthers, Sam Reinhart, repêché alors second par les Sabres de Buffalo et Sam Bennett, repêché quatrième par les Flames de Calgary. Paul Maurice a bien fait rire en disant que c'était la première fois qu'il voyait sourire Bennett des séries. Qui était le 3ème choiz de 2014 ? Oui, leur fabuleux adversaire Leon Draisaitl...

Il y a une autoroute de passages de joueurs entre Buffalo et la Floride. Mais aussi entre Calgary et la Floride. Matthew Tkachuk en arrive. Lui et Bennett étaient tous deux ennemis d'Edmonton depuis longtemps. D'abord par leur styles de jeu, agressifs, pestes, et vicieux. Pas toujours chic même. Tkachuk a donné 3 visibles coups de poings au meilleur joueur de la LNH, récipiendaire du trophée Conn Smythe. en le tenant par le coup dans un "heaqdlock". Peu de Ligue voit de telles violentes gratuites contre leurs superstars, Ils mettent leurs noms sur la Coupe pour la première fois aussi. Matthew est si proche de son jeune frère Brady, qu'il a même dit au micro que maintenant, c'était au tour de son frère, à Ottawa, de faire la même très prochainement. 

Ottawa a la même envie, étant allé chercher le gagnant du trophée Vézina d'il y a un an, Linus Ullmark, comme nouveau gardien, soutiré aux Bruins en retour de 3 joueurs dont 2 pouvant jouer dès maintenant. Ryan Lomberg est aussi un haïssable, a aussi été un Flames 11 matchs entre 2017 et 2019 et gagne sa première Coupe.

Carter Verhaeghe a gagné sa seconde Coupe Stanley, ayant gagné sa première comme Lightning. En 2020. Carter a 26 buts en séries éliminatoires à vie. Un seul de ses buts n'a pas été un but qui donnait l'avance ou qui simplement, donnait la victoire en période supplémentaire à son équipe. Qui a toujours été les Panthers au fond, il n'a joué qu'une saison de 52 matchs à Tampa Bay, l'autre Floride. et 8 en séries quand il a gagné la Coupe en 2020, et n'avait pas marqué de buts. Vladimir Tarasenko gagne sa seconde aussi, ayant gagné sa première il y a 5 ans, dans un rôle plus prédominant avec les Blues.

Avant le 7ème match, tout le monde s'entendait pour dire que si la Floride avait perdu les 3 derniers, c'était parce que Reinhart, Verhaeghe et le gardien Sergei Bobrovski n'étaient plus les joueurs qu'ils étaient jusqu'à maintenant. Ironiquement, c'étaient les 3 étoiles du match de la conquête. Les deux premiers parce qu'ils ont marqués les 2 buts, Bobrovski parce qu'il a été formidable face aux dangereux Oilers qui donnaient tout ce qu'ils pouvaient pour au moins se rendre en surtemps. 

Sergei Bobrovski a toujours eu la réputation d'être extraordinaire en saison régulière, mais incapable de gagner en séries ou sous le pression. Jusqu'au début du 4ème match de la finale, il faisait mentir tout le monde et était même un très très sérieux et évident candidat au Trophée Conn Smythe remis au joueur le plus utile des séries. Toutefois, en trois matchs, les matchs 4, 5 et 6, il a accordé 18 buts. Ça aidé à donner le trophée à McDavid. Ce dernier a terminé les séries avec 42 pts en 23 matchs, battant Gretzky comme meilleur passeur dans un même parcours de 4 rondes en séries, avec 34, au match #5. Bobrovski gagne sa toute première Coupe et pourrait gagner son 3ème trophée Vézina, lui qui l'a gagné en 2013 et en 2017, alors au sein des BlueJackets de Columbus. Il est encore nommé cette année avec Connor Hellyebuck de Jets (mon choix) et Thatcher Demko des Canucks. Aussi arrivé des BlueJackets, Kevin Stenlund gagne sa première Coupe. 

Joueur jamais repêché, Evan Rodrigues a été signé par Buffalo en 2015. Il a joué avec d'extraordinaires talents, Sidney Crosby à partir de 2020, Nathan MacKinnon, à partir de 2022, et depuis cette année seulement, est un Panther, jouant avec l'exceptionnellement talentueux Aleksander Barkov. Finlandais au nom Russe. Il gagne sa première Coupe. Également arrivés de Buffalo, Brandon Montour et Kyle Okposo, gagnant leur première Coupe, et dans le cas d'Oksposo, peut-être jouant le dernier match de sa carrière dans la LNH. Okposo, avant cette année, n'avait joué que 24 matchs en séries depuis ses débuts en 2007, et tous avec les Islanders, soit 2016 et avant. jouant les 7 dernières années et 3/4 avec les Sabres, il avait joué 0 match en séries. Dmitri Kulikov avait été repêché par les Panthers, des Voltigeurs de Drummondville, champions de la Coupe Memorial en 2009. Il y a évolué jusqu'en 2016 avant de passer aux mêmes Sabres. Il a joué pour Winnipeg, New Jersey, Edmonton, Minnesota, les Ducks, les Penguins et revenait en Floride cette année. Première Coupe pour le défenseur. 

  En 2019, le gardien substitut Anthony Stolarz a aussi été un Oiler en 2019, prenant part à 6 matchs. Il gagne sa première Coupe. Steve Lorentz est passé du pire club cette année, les Sharks, aux champions, gagnant sa première Coupe. Gustav Forling, Niko Mikkola, Anton Lundell et Eetu Luostarinen gagnent tous leur première Coupe. Nick Cousins a joué 21 matchs des séries comme Panther l'an dernier, goûtant le défaite de la finale, mais en joue 11 cette saison et la gagne pour la première fois. 

Oliver Ekman-Larsson a joué 10 ans avec les Coyotes de l'Arizona. Il avait un peu mis un croix non seulement sur des séries que son club ne faisait jamais, mais sur une conquête aussi puisqu'après, il était Canuck de Vancouver pendant 2 ans où ceux-ci ne feraient pas les séries. Il n'avait joué que 25 matchs en séries, dont 16 il y a 12 ans et les 9 autres, il y a 4 ans. Il gagne sa première Coupe à 32 ans. 

Finalement Paul Maurice, entraineur qui avait perdu la finale 2 fois avec 2 clubs différents. La Caroline en 2002, qui avait perdu en 5 matchs contre Detroit et avec les Panthers l'an dernier, qui avaient aussi perdu en 5 matchs, contre Vegas. Il a vengé ce nouveau rendez-vous en finale. Maurice, un bougre sacrément intérréssant l'est resté au micro après le match. Il a dit à son père que le désormais, aux côtés de ses héros qu'étaient Béliveau, Richard, Howe, Lindsay se trouvait maintenant son nom de Maurice. Ému, il a continué en disant que si un autre club devait maintenant la gagner cette précieuse et si difficile à gagner, Coupe, il souhaiterait que ce soit les Jets qu'il a quitté à regrets il y a 2 ans, trouvant que plus personne n'était intérressé à l'écouter.


Mais qui ont tout pour la gagner selon lui.

Ça

commence

toujours

par

un 

vestiaire.

Je ne le dirai jamais assez. 

Bravo aux Panthers. Chou à leurs partisans.  

Première ronde du repêchage dans deux dodos.

Le hockey de la LNH n'est jamais au repos.


mercredi 19 juin 2024

Ça Prend Vraiment 4 Victoires

Souvent, celui qui porte le C fait valoir pourquoi il porte le C.

Connor McDavid a non seulement obtenu sa mention d'aide qui le faisait battre Wayne Gretzky dans une série de 4 rondes, mais cette mention d'aide était aussi avec 3 joueurs contre lui et avec une passe dirigée vers le toujours important Corey Perry, qui irait de son premier but des actuelles séries, le but gagnant du match d'hier. 

Après un splendide plongeon de Matthew Tkachuk pour empêcher la rondelle de rouler dans un filet désert, Connor McDavid est venu assassiner tous les espoirs floridiens et a vidé les estrades avec un but qui a fait rager le directeur gérant Bary Zito. Avec cette victoire, brillamment débutée encore par un but en désavantage numérique d'un joueur de soutien, on retournera donc à Edmonton, ce vendredi. Pour un 6ème match.

Face à l'élimination, dans les présentes séries, Suart Skinner était 8-0. Il est maintenant 9-0. Et en partie grâce à son brio, les Oilers sont pleinement en vie, de retour dans leur fier du Nord où ils peuvent annoncer de manière menaçante aux Panthers que Winter is coming...

McDavid avait obtenu 1 buts et 3 mentions d'aides dans la victoire de 8-1 à domicile plus tôt, en semaine. Il avait mentionné tout de suite après que le nombre de buts ou le nombre de points comptaient peu qu'au final il ne fallait qu'en faire plus que l'adversaire et simplement gagner. À 0-3, on ne peut plus se permettre de perdre. À 4-1, dans le match d'hier, on a vu les Panthers revenir agressivement et faire 3-4. Mettais-t-on la table pour une spectaculaire remontée pour la conquête ? Ce n'est pas ce que les Oilers avaient en tête. 

Skinner a été un mur et Evan Bouchard, qui avait connu un très mauvais 3ème match, vient d'en coller deux assez solides. Menaçant même le record de points de Paul Coffey en séries, qui est 37. Bouchard en a 31. Un autre match de 8 buts et il pourrait s'approcher à 4-5 pts de Coffey. 

Ce qu'on sait chez les Panthers est de ne pas prendre de pénalités contre le meilleur avantage numérique de la LNH. Ce que les Oilers doivent aussi apprendre est de ne pas prendre de punitions à leur tour, en avantage numérique.

La foule de la Floride était étonnamment intense lors de ce 5ème match. Imaginez celle qui soutiendra ses Oilers chéris vendredi...

Ooooooooooh que rien n'est fini.

J'ai toujours dit et je le répète, une conquête se gagne par le vestiaire. Un gars comme Corey Perry est un atout dans un vestiaire. Qu'il ait marqué le but gagnant hier est quelque chose de plus grand que nature. Il a sa bague, lui. Et se retirer avec une dernière, après avoir été du coté des finalistes perdants trois fois en 5 ans dans 3 clubs différents, aimerait bien ne pas être associé à la défaite cette fois. Paul Maurice, qui a aussi perdu la finale 3 fois, entraineur de 3 clubs différents, pensent la même chose du côté des Panthers. 

Si la confiance avait des raison de régner chez les Panthers à 3-0 dans la série, ils ont désormais des raisons de sentir une brise de panique lorsqu'il mettront les pieds sur la glace d'Edmonton. 

Ce qui semblait certain est maintenant fragilisé.

C'est vraiment 4 matchs qu'il faille gagner pour voir son nom sur la Coupe Stanley.