mercredi 7 décembre 2022

Rabais, Vente de Feu Préventive, Deceptions, Surprises

Rabais: 5 Joueurs qui livrent et gagnent sous la barre du million.

Adam Ruzicka, Flames de Calgary. 2 ans, (2x 762, 500 $)

Après avoir été placé dans les gradins, bien qu'en santé, pour les 7 premiers matchs, puis, après une saison recrue au temps de jeu de 5:35 sur la 4ème ligne, on l'a essayé sur la première, avec Elias Lindholm et Tyler Toffoli, quand Jonathan Huberdeau s'est blessé et depuis, on ne regarde plus en arrière. Le Slovaque de 23 ans de 6'4, a accumulé 13 pts en 15 matchs en plus d'être une valeur sure à 5 vs 5 tout comme sur l'avantage numérique où son gros gabarit est utilisé à l'avantage des Flames. Placé entre Mikael Backlund et Coleman, il est tout aussi utile. Massive win pour Cal.

Sonny Milano, Capitals de Washington, 1 an d'essai (750 000$)

Malgré un sommet personnel de 34 pts avec les Ducks l'an dernier, le choix de première ronde de 2014 est resté insigné tout l'été. À 26 ans, il a signé un essai avec les Flames mais ceux-ci l'ont vite placé sans protection, avant même que la saison ne débute. Washington venait de libérer Brett Leason (pris par Anaheim) et Axel Jonsson-Fjallby (pris par Winnipeg) il y avait donc espace pour lui avec les Capitals. Débutant dans la AHL, y faisant 3 pts en 5 matchs, à Hershey, il en a ensuite fait 9 en 15 avec le grand club. On l'a même vu avec Kuznetsov et T.J. Oshie à quelques occasions. 

Mark Giordano, Maple Leafs de Toronto, 2 ans (2x 800 000$)

Lorsque signé, son contrat semblait une bonne affaire, c'est maintenant un vol. Le gaillard de 39 ans, jamais repêché dans la LNH, joue plus de 20 minutes par match depuis que T.J. Brodie est tombé, blessé, il y a 11 matchs déjà. Mieux encore, il bat tous les défenseurs du club dans les tirs bloqués, dans les tirs au but adverse, et tue de précieuses minutes en désavantage numérique, en plus de défendre ses coéquipiers au besoin. Même si ses 39 ans le rattrapaient, il pourrait très certainement servir d'appât dans un échange de dernière minute qui amènerait l'ingrédient miracle aux Leafs. Pour le moment, il performe longuement passé sa date d'expiration.

Erik Gustafsson, Capitals de Washington, essai 1 an (800 000$)

Deuxième maudit bon coup du DG des Caps, Brian MacLellan. le défenseur de 30 ans aussi dure là où ne s'y attendait pas. En 2018-2019, à Chicago, il obtenait pas moins de 60 pts à la ligne bleue. Mais il y jouait aussi 79 fois. Il n'a jamais fait plus de 26 pts depuis, n'a jamais joué plus de 66 matchs. Depuis 2019, on l'a vu dans le gilet des Black Hawks, des Flames, des Flyers, des Canadiens, de Hawks à nouveau avant d'accepter l'offre des Caps. Toujours un excellent manieur de rondelle, une qualité indispensable à la ligne bleue où il faut toujours la circuler loin de la zone des buts, Peter Laviolette lui trouve une belle consistence qui lui fera peut-être jouer toute l'année, si les blessures ne se mettent pas dans son chemin.

Zach Parise, Islanders de New York, Un an (750 000$)

Tout comme le club dans lequel il joue, il n'est pas spectaculaire. Ce qui l'est est qu'il est passé de Wild du Minnesota surpayé à Islander sous payé. Avec 12 pts en 26 matchs il est aussi efficace offensivement que défensivement. Il est même 3ème dans le club pour les chances créées autour du but. L'an dernier, toujours Habitant de lÎle, il avair obtenu 35 pts en 82 matchs, il aurait aussi fait cette liste d'aubaine fortunée pour son club. Il a 47 pts en 108 matchs en Islander. 

Vente de Feu des Black Hawks: Qui de Chicago, qui ne serait ni Toews, ni Kane sera parti d'ici mars ?

Chicago ne sera pas un club compétitif encore cette saison. Seront-ils vendeurs ? Bien que Kane (à Buffalo) & Toews (partout) soient au coeur de multiples rumeurs, et qu'ils partiront peut-être, voici 5 autres possiblités réelles qui pourraient intéresser d'autres clubs.

Seth Jones: Première année d'un contrat de 8 ans à 76 millions, voudront-ils encore honorer tout ça ? D'ici à ce que le club en reconstruction soit redevenu compétitif, Jones aura alors 30 ans et plus. Il a encore une bonne valeur. On peut avoir beaucoup pour lui, dès maintenant. 

Jason Dickinson: Première année pour lui après une catastrophique saison à Vancouver l'an dernier, de 5 buts et 11 pts en 62 matchs. L'attaquant de 27 ans a déjà 10 pts en 20 matchs, en Black Hawks. Il gagne 2,65 millions cette saison, mais l'an prochain, si il continue comme ça, il pourrait être mieux intégré encore dans un club, même très fort, sur une 4ème ligne qui étonnerait en première ou deuxième ronde des séries.

Connor Murphy: Sous contrat pour encore 3 ans, à 4,4 millions, il s'agit de l'un des nombreux défenseurs qui pourraient intéresser un autre club (Jack Johnson, 29 ans, aussi). Il a une clause (toujours idiote et discriminatoire) qui présente 10 organisations pour lesquelles il ne voudrait jamais jouer. Il est droitier, ce qui est recherché. Il servira d'appât. 

Andreas Athanasiou: Le rapide attaquent de 28 ans a déjà marqué 30 buts avec Detroit. Location d'une saison jusqu'à maintenant, il tombe sans contrat en fin de campagne. On ne le laissera pas partir agent libre pour rien, on voudra quelque chose en retour avant mars. 

Max Domi: Lui aussi n'est avec le club que pour 1 an. Il connait sa meilleure saison depuis longtemps, deuxième marqueur derrière Kane avec 19 pts en 24 matchs, il n'a encore que 27 ans, et peut servir agressivement quelque part, c'est certain. Même sur une troisième ligne de bin club, comme la Floride par exemple. Ne fera pas une autre année à Chicago et ne partira pas pour rien, agent libre.

Le téléphone de Kyle Davidson sonnera beaucoup entre maintenant et mars. 

Déceptions: Les Rangers. Les Blues. 

Les Blueshirt ont une fiche pénible de 4-6-4 à domicile. Que n'aiment-ils plus du Madison Square Garden ? L'an dernier, leur fiche était de 27-10-4, chez eux. NYR perd contre Anaheim (32ème), San Jose (28ème), Columbus (30ème), Chicago (31ème), Nashville (20ème) et Ottawa (27ème). Je pense souvent qu'un club est à l'image de son capitaine. Jacob Trouba a 7 pts en 27 matchs, aucun but, et est -6.

<Les Blues ont comme gardien #1 une tête de plus en plus brûlée. Jordan Binnington s'humilie de matchs en matchs depuis quelques temps. Manifestant très ouvertement des colères qui ne sont pas toujours bienvenues aux yeux de son propre entraineur, Craig Berube. Ce dernier a très ouvertement dit au micro qu'il devrait cesser ses éclats et se concentrer davantage sur sa mission d'arrêter des rondelles. J'aurais personnellement gardé entre lui et moi et non partagé à un plat journaliste et à son public, mais bon. Peut-être que Berube veut le voir quitter le club aussi. Qui sait. Quelque chose doit se passer pour St-Louis qui est 26ème sur 32 et qui serait 6ème dans la course aux séries, si ça commençait demain, derrière Vancouver et tout juste devant San Jose alors qu'on devrait se trouver au deuxième rang de sa division. On en a les éléments. Leur capitaine O'Reilly, un des joueurs les plus intelligents de la LNH, n'a rien à se reprocher, mais leur gardien #1...

Surprises: Les Devils. Les Jets. Le Kraken. Tage Thompson. Jason Robertson.

Respectivement 1er, 2ème et 2ème de leurs divisions respectives. Sincèrement, vous les aviez vu là vous ? 4 défaites en temps régulier et 5 au total pour NJ ? Vous auriez dit ça pour leur 25 premiers matchs, avant que la saison ne commence et on vous aurait ri au nez. Les Jets ont gagné 7 de leurs 10 derniers matchs et ont une fiche de 9-3-0, à domicile. Josh Morrissey est leur meilleur marqueur. Connor Helleybuck est la superstar qu'il a toujours été. Tout baigne pour les Jets. Le Kraken étonne après sa saison terne de l'an dernier. 6 défaites en temps régulier, 9 au total, en 24 matchs, assez impressionnant pour une organisation si nouvelle qui avait la barre très haute suite aux immenses succès de Vegas à leur première saison dans la LNH. Andre Burakovsky aura été une excellente acquisition et Jordan Eberle, renaît. Mary Beniers, avenir du club, épate déjà, à 19 ans. Optimisme à Seattle. 5ème au classement des 32 clubs de la LNH.

Chez les joueurs, étonnant de voir Jason Robertson dominer autant dans la LNH. Derrière Connor McDavid, évident premier marqueur de la Ligue et définitif meilleur joueur de la LNH, Jason serait un obligé très bon deuxième choix pour le trophée Hart remis au joueur le plus utile du circuit si il était remis demain. Dallas est premier dans sa division, et de sa conférence, 6ème au classement général, largement grâce à ce joueur de 23 ans, 11 pts devant le second marqueur, Roope Hintz, et 12 buts de plus que lui, avec 23. 

Tage Thompson n'a que 24 ans. Il a été acquis par les Sabres dans l'échange envoyant Ryan O'Reilly aux Blues, en juillet 2018. Il avait beaucoup ouvert les yeux l'an dernier avec ses 68 pts en 78 matchs. Cette année, il en déjà la moitié (34) en seulement 25 matchs, et de ses 6'6, il semble être des plus beau buts dans les faits saillants toutes les semaines. Très encourageant si on leur amène Patrick Kane d'ici mars, aux Sabres.   

Mais là, c'est peut-être moi qui divague, Kane est originaire de Buffalo, mais aura surement son mot à dire dans les endroits où il pourrait atterrir d'ici la fin de la saison.

mercredi 30 novembre 2022

Börje Salming (1951-2022)

Né dans le village de Salmi, à Kurna, en Suède, son père est Samis, sa mère, suédoise. Le grand père paternel avait comme nom Saari, mais il avait légalement fait changer son nom pour le village que sa famille habitait, Salming. Le père de Börje meurt dans un accident minier quand Börje n'a que 5 ans. Se considérant autochtone comme son père, il portera toute sa vie un bracelet traditionnel le confirmant. 

Börje, un défenseur, jouera dans la Seconde Division de la Ligue de Suède de 1967 à 1970. et de 1970 à 1973, il évolue pour Brynäs, le ligue la plus importante de la Suède, avec lesquels il gagne deux championnats qui attirent l'attention des recruteurs des Maple Leafs de Toronto. Ces derniers sont supposé étudier le talent de Inge Hammarström, qui lui, jouera 5 saisons avec les Leafs. Mais c'est Salming, à la ligne bleue, qui épate davantage. Il esr signé en mai 1973, pour les Leafs. Il fait le club, dès 1973-1974. Obtenant 32 pts en 76 matchs. Il a 22 ans. Comme Rick Kehoe et Darryl Sittler, qui sera un grand ami. Et qui est le meilleur marqueur du club, déjà, à sa troisième saison dans la LNH, lui. 

Les joueurs Suédois ne sont pas considérés comme assez durs pour jouer dans la LNH, ni fait pour y endurer la violence qui en nait. Salming fait un peu mentir cette réputation. Il fait 37 pts en 60 matchs, la saison suivante, mais marque 12 buts, ce qui est pas mal pour un défenseur et il a une présence au match des étoiles pour représenter les Leafs. Il marquera 16 buts la saison suivante et obtiendra 57 pts pour une autre présence au match des étoiles. En 1976-1977, il obtient pas moins de 78 pts, marque 12 fois, et est de la première équipe d'étoiles de la LNH. Il termine la saison régulière à +45, son meilleur ratio à vie, sa meilleure saison à vie. En 9 matchs des séries, il obtient autant de points.  En 1978, il marque encore 16 buts et obtient 76 pts. Il sera bien sur du match des étoiles aussi. Il est de l'élite. En 1979 il termine la saison avec 73 pts, 17 buts, et l'année suivante, 71 pts, et 19 buts. De 1975 à 1980, il sera toujours parmi les deux premières équipes d'étoiles.

En 1976, il représente la Suède dans un tournoi international de la Coupe Canada, dans un match à Toronto. Lorsque présenté sur la glace, les gens de l'endroit lui font une ovation debout, ce qui l'émeut aux larmes. 

En 1981, il obtient 66 pts mais aussi 154 grosses minutes de pénalités. Il prend aussi alors, quelques temps, en cachette, de la cocaïne. En 1982, Il termine la saison avec 56 pts en 69 matchs, mais 170 minutes pénalités. Son club ne fait pas les séries pour la première fois de sa carrière. En 1983, il termine la saison avec 45 pts en 69 matchs et a pour la première fois, une fiche négative de -3. En 1984, il termine la saison avec 43 pts et sa pire fiche défensive avec -34. L'année suivante, il fait 39 pts, Toronto a un très mauvais club, il en est une des rares stars, avec Sittler. En 1986, il ne fait que 22 pts en 41 matchs, mais il avoue avoir consommé de la cocaïne. Après que la LNH eût considéré de le suspendre pour le reste de la saison, ce qu'ils annoncent et lui font subir (en plus de lui soutirer 500$), ils changent d'idée et le réintègre à la LNH devant sa bonne foi et ses efforts dans la communauté. 

Mais c'est une année atroce. Il tombe le visage sur le patin de Gerard Gallant et on doit lui mettre plus de 200 points de suture. Extrêmement chanceux, ses yeux sont épargnés. De 1987 à 1990, il ne fait que quelques 20 pts par saison, mais sera toujours positif (+ 17 et + 7, deux fois) dans un club épouvantable mauvais. 

Le 4 janvier 1988, Salming devient le tout premier européen à jouer 1000 matchs dans la LNH. Le 27 du même mois, on lui offre une voiture conduite par ses parents sur la patinoire. avec à bord Inge Hammarström, devenu un ami, avant un match contre les Flyers qui avaient honoré Bill Barber à peu près de la même manière. 

À 37 ans, il devient sans contrat et ce sont les Red Wings qui le signeront pour une saison. En 49 matchs, il obtiendra 19 pts. Fera surtout la rencontre d'un jeune Niklas Lidstrom à qui il donne quelques conseil et qui en sera largement inspiré. Il jouera les trois dernières saisons de sa vie dans une ligue de Suède. 

À la retraite, il lancera sa propre collection de sous vêtements et posera nu pour un artiste Suédois, Johan Wattberg. 10 avaient été vendues. Laissant 21 (son #) peintures à la ville de Toronto. 

En 2016, il épouse Pia avec laquelle, il aura 4 enfants dont la plus jeune est une Heptalthlonienne. `

L'année suivante, pour les 100 ans de la LNH, il est nommé parmi les 100 joueurs qui ont marqué la LNH depuis ses débuts

Il a très certainement ouvert la porte à tous les Européens qui viennent jouer ici.

Il cumule à vie 150 buts 637 mentions d'aides, pour 787 pts en 1148 matchs, dont 16 saisons avec les Leafs. Son #21 sera retiré par Toronto.

Il est condamné par la Sclérose Latérale Amyotrophique et en meurs la semaine dernière.

Du fatet lengendarisk, Börje.  

mercredi 23 novembre 2022

Départs Potentiels & Nouvelles Arrivées

Le retour au jeu de Jakob Chychrun, avec les Coyotes, lundi dernier, jouant son premier match de la saison, était très suivi. Par de nombreuses équipes. Les mêmes qui sont au coeur des rumeurs de transactions le concernant depuis déjà trop longtemps. 

Je vous l'avoue, j'ai toujours confondu Jakob Chychrun et Josh Manson. Tous deux sont deux fils d'anciens défenseurs fort agressifs dans la LNH, qui démontrent, du moins en début de carrière, autant d'agressivité, mais aussi davantage de talents. Je croyais Chychrun déjà échangé, mais je le confondais avec Manson qui lui, est passé des Ducks à l'Avalanche pour y gagner une Coupe Stanley, dès son arrivée. 

Chychrun est probablement la plus grosse valeur des Coyotes à être mêlé aux rumeurs de transactions depuis 8-9 mois. Depuis Kessel. Et de plus, Chychrun qui a débuté sa carrière dès ses 18 ans, dans la LNH, n'en a encore que 24. Comme Manson, le club qui prendra Chychrun voudra le garder longtemps. 

Sur la passerelle on pouvait distinguer les présences de gens des Panthers, des Maple Leafs, des Sénateurs, des Blues, des Ducks, des BlueJackets et des Kings. Personne ne voulait se compromettre avant qu'il n'ai joué un seul match cette saison. 

On dit que les discussions comprennent toujours deux premiers choix au repêchage et un espoir d'envergure. Mais on dit que Chychrun ne serait peut-être pas l'unique défenseur qui bougerait de l'Arizona. On parade aussi Connor Timmins, acquis de l'Avalanche dans l'échange qui leur envoyait Darcy Kuemper. Le défenseur de 24 est aussi freiné par les blessures, mais son nom circule, ici et là. On le fait reprendre la forme tranquillement dans le club-école, à Tucson. Les Leafs seraient un des clubs intéressé par Timmins. Holl & Benn troublant les Leafs dans les derniers matchs et les convaincant qu'ils leur manque ou bien une paire, ou bien une chimie avec un des deux. Et ils ont trop de blessés à la bleue les feuilles bleues. 

Shayne Gostisbehere est un autre nom qui voyage. Shayne est le  meilleur pointeur chez les défenseurs des Coyotes depuis le début de la saison avec 10 pts en 17 matchs, mais un différentiel de -13. Son contrat de 6 ans à 4,5 millions ne prends pas trop de place dans un club qui veut rafler les grands honneurs. Il est aussi agent libre dès le 1er juillet prochain. Il devrait être parti d'ici mars. 

Et si c'était les Coyotes au complet qui déménageaient ? Eux aussi sont au coeur de millions de rumeurs depuis longtemps. 

Mais sortons du désert où on s'y perd et regardons les nouveaux venus, qui en mettent plein la vue, chez les recrues. (ou pas) 

Le premier choix de 2022: Juraj Slafkovsky, Montréal. Il a fait parler de lui pour ses 2 matchs de suspensions en frappant dangereusement Matt Luff, des Red Wings. Mais a moins fait parler de lui pour ses prouesses. Il n'éblouit pas, tombe beaucoup car n'est pas habitué de se faire autant frapper, et précipite souvent ces gestes. Mais il apprendra beaucoup cette saison, et son club étonne. Montréal ne joue pas comme un club qui terminera dans les 10 derniers. Presque dommage avec la qualité des joueurs disponibles au prochain repêchage 

Le 3ème choix de 2021, Mason McTavish, des Ducks d'Anaheim. Le héros canadien des dernier World Juniors, pour l'équipe Canada, nommé le joueur le plus utile du tournoi, ne brille pas tant malgré Terry & Zegras, Qui sont du même groupe d'âge que McTavish. Ces trois là pourraient avoir le même succès que la combinaison Dach/Suzuki/Caufield. Mais non. Dans ses 15 premiers matchs il n'a qu'un but et 6 mentions d'aide. 

4ème choix de 2022, Shane Wright du Kraken de Seattle. Tout le monde est maintenant familier avec son histoire, de grosses attentes mais une grosse déception. Il a d'abord été un assuré premier choix de Ligue en 2022, au 4ème choix de cette même Ligue. Tout juste hors de toute les photos. Seattle connait un remarquable début de saison avec 10 victoire en 18 matchs et 5 défaites. Mais ce nouveau succès dans la capitale du grunge exclut le jeune Wright qui n'a joué que 7 matchs et obtenu une seule mention d'aide. Seattle fait le bonne chose en le prêtant au World Junior, mais il retournera probablement dans sa Ligue Junior par la suite. 

Le second choix de la LNH en 2021, Matty Beniers, du Kraken de Seattle. Lui, au contraire, participe au succès du Kraken, se taillant un poste comme second centre, et avec 11 pts en 18 matchs. Il est encore tôt pour parler de candidats à la recrue de l'année, mais il se trouve parmi les plus inspirants du moment. Il est 4ème marqueur de son club, et à 19 ans, ne fait que promettre du meilleur encore.    

Le premier choix au repêchage de 2021, Owen Power, des Sabres de Buffalo. Il avait choisi l'an dernier de jouer un an de plus à l'Université du Michigan, ce qui s'est avéré une très sage décision. Le défenseur des États-Unis joue présentement sur la première paire de D des Sabres avec un autre premier choix de Ligue Rasmus Dahlin. Qui lui, a déjà 8 buts cette saison en 18 matchs. Dahlin est un point derrière Thompson, au premier rang des marqueurs du club. Power a marqué 8 mentions d'aide en 18 matchs. 

Il joue déjà 23 minutes par match.    

Le 32ème choix de 2019, alors premier choix de la deuxième ronde, Shane Pinto des Sénateurs d'Ottawa. Le club ontarien a brillé en match pré-saison en laissant croire à de belles choses pour la saison à venir, mais depuis, est resté un club de bas fonds de classement, assez étonnamment. Shane Pinto n'est très certainement pas à blâmer pour quoi que ce soit, avec ses  8 buts en 18 matchs. Le plus haut total de buts, pour une recrue, cette saison, jusqu'à maintenant. 

Quelques remarques dompées dans le fond de la zone: 

-Les Devils sont sérieux avec Lindy Ruff derrière le banc. Il ne s'agit pas seulement des trois H:  Hischier, Hughes ou Hamilton, ils y sont pour beaucoup, mais c'est surtout tout le monde. Yegor Sharangovich, Miles Wood, Dawson Mercer, John Marino. Ils ont gagné 8 matchs de suite au Canada, et tout ça, sans le brillant Ondrej Palat. 16 victoires dans leurs 19 premiers matchs est un record de franchise en début de saison

-Johnny Gaudreau déçoità Columbus. Il aurait eu une maudite belle saison avec Calgary qui va très bien. Huberdeau déçoit aussi à Calgary. Parlant de Calgary, maudit beau moment samedi quand les Flames et les Panthers ont joué les uns contre les autres. Premier match depuis l'échange Tkachuk / Huberdeau/Weegar. En Floride. Huberdeau avait dit à la blague que peut-être qu'après 10 ans, là-bas et de si beaux moments, Barkov lui ferait une passe.

Lors du réchauffement d'avant match, Weegar Huberdeau et Barkov ont été respectivement les trois derniers à quitter la glace. 

Barkov a symboliquement fait une longue passe à Huberdeau de sa zone à la sienne.

Magie de la LNH

Calgary a gagné en tirs de barrage, 5-4. Huberdeau fût le premier marqueur des tirs de barrage.


mercredi 16 novembre 2022

KK

Rien n'a été bon pour Jesperi Kotkaniemi. Tout a été éronné de manière disproportionnée. 

Depuis le début.

Le #82 des Hurricanes est une erreur prolongée.

Il est victime de précocité qui lui a fait croire en un talent presqu'inexistant. 

Il n'avait fait que 10 buts et obtenu 29 pts en 57 matchs dans sa ligue de Finlande quand il a attiré l'attention pour la première fois des recruteurs du Canadien. Alors que tout le monde attendait de Montréal, qui repêchait 3ème en 2018, que l'organisation repêche Brady Tkachuk ou Filip Zadina, peut-être même Barrett Hayton, Bergevin et son équipe de recruteurs surprenaient tout le monde en prenant le jeune centre de pas encore 200 livres, derrière Rasmus Dahlin et Andrei Svechnikov. ET Tkachul ET Zadina le prendront très personnel de la part de l'entourage des Canadiens, qu'ils avaient tous deux rencontré et se serviraient de ce qu'ils avaient pris comme un affront pour se motiver à leur faire regretter de ne pas les avoir choisi. 

Dans le cas de Tkachuk, repêché 4ème, après KK, bravo, Montréal s'est peut-être trompé et aurait peut-être vraiment dû le prendre. Ça aurait drôlement changé l'ADN du club. Dans le cas de Zadina, Montréal ne s'est pas trompé. Il ne convainc encore personne. Les trois ont fait le club dès leur année de repêchage. Tkachuk a été sans voyages dans les mineures. Des saisons brillantes de 45,44, 36, 67 pts, dans un club de misère, mais surtout un impact très important dans l'uniforme des Sens, au point qu'il porte le "C" du capitaine à tout juste 22 ans. Chacune de ses présences sur la patinoire est remarquée. Souvent pour les bonnes raisons, d'autres fois parce que c'est un fouille merde. Montréal ne l'a probablement pas pris justement parce que les fouilles merdes ne dépassent généralement pas le stade Gallagher, qui reste encore très propre. Fatigant, malhabile, petit chien, mais propre. Thackuk a présentement 19 pts en 14 matchs et son club est dernier de l'Atlantique. Individuellement, il brille encore. 

Zadina, repêché par Détroit, pas même 4ème (C'était Hayton-Arizona), mais 5ème, n'a que joué que ses 9 matchs avant d'être rétrogradé dans le club-école, après avoir obtenu 1B et 2A. La saison suivante a été partagée entre le club école (où il a fait 16 pts en 21 matchs) et le grand club où il a fait 15 pts en 28 matchs. L'année de la pandémie étant rock n' roll, il a joué en République Tchèque où il a fait 14 pts en 17 matchs, avant de revenir avec les Wings pour y jouer 49 matchs et y totaliser 19 pts. L'an dernier était sa première vraie saison de régulier, jouant 74 des 82 matchs du club. Il a marqué 10 buts et obtenu 24 pts, mais surtout a terminé la saison à -24...je ne dirais pas modeste, mais principalement mauvais. En 9 matchs, au moment d'écrire ceci, il a joué 9 matchs, n'a aucun point et est-3. 

KK, à 18 ans, fait le club dès sa première année. Ce fût sa plus impressionnante. 34 pts en 79 matchs, ça pouvait être encourageant. Mais il n'a jamais été meilleur, depuis. En 36 matchs, blessé surtout, la saison suivante, il obtenait 23 pts et marquait 4 buts en 10 matchs des séries. Il jouerait aussi 13 matchs pour le Rocket de Laval, club-école des Canadiens, et y ferait 13 pts. Toujours potentiellement encourageant. Potentiellement. Mais physiquement, il ne faisait pas le poids. L'année de la pandémie, il joue 10 matchs dans une ligue d'Europe et y fait 8 pts avant de revenir avec Montréal pour 56 matchs de saison régulière et y faire 5 buts et 20 pts. En séries éliminatoires, Montréal atteint une improbable finale. KK est mis de côté au début de ces séries vs Toronto. Plutôt gâté pourri, il bougonne sur la passerelle. Et quand on le met sur la patinoire pour un match de première ronde, il donne raison au Canadien car il est fouetté et joue enragé. Il marque un but et fera le signe de 4 avec ses doigts, référence aux joueurs en santé retranchés pour le début de cette série. KK l'a dans le coeur. Tout le monde reste étonné de sa réaction. Prouves-toi le jeune et tu joueras. Ce qu'il fait ce soir-là et dans les matchs suivants, marquant un but hyper important, en période supplémentaire, qui renverse même la série. KK fera 5 buts et 3 mentions d'aide en 19 matchs des séries. Mais physiquement, il ne fera toujours pas le poids. 

Montréal fait une offre hostile à Sebastian Aho durant l'été précédent. Offre qu'Aho accepte, assez excité. Ceci irrite le directeur gérants des Hurricanes Don Waddell comme une mise en échec le ferait dans le coin de la patinoire. Mais une mise en échec, légale. Waddell accote l'offre et Aho devra rester Hurricanes. On ne le cuisinera pas longtemps sur le fait qu'il avait accepté vraiment content l'offre de Montréal. L'été suivant, nous prenant pour des imbéciles, Waddell refait le coup à Montréal et fait à son tour une offre hostile à KK, un finlandais comme Aho et Teravainen et Raanta. On lui offre 6 millions. Et 20$. En clin d'oeil et rappel du # de Aho. Et on dira ensuite que ce rien n'était revanchard. Nous-prenant-pour-des-imbéciles.

Comme Montréal n'est pas si bête, il laisse la Caroline surpayer ce jeune joueur très moyen qui a le culot de quitter Montréal , en rajoutant, en crachant sur l'organisation qui le laisse partir. Good for him. Il était malheureux, va jouer ailleurs. Mais voilà, à 6 millions pour un an, il marque 12 fois en 66 matchs et obtient 29 pts. En 14 matchs des séries, il a 2 passes. Il est de très peu d'impact. Un contraire à Tkachuk ou Svechnikov repêchés respectivement tout juste avant et après KK l'année de leur repêchage, en 2018. Pas même un Quinn Hughes, repêché 6ème cette année là. Un Zadina. Cette saison, KK a 1B 2A en 15 matchs. 

KK est un peu comme un étudiant de Harvard qui aurait quitté l'école de droit après seulement un an, et à qui on avait demandé de remettre sur pied une firme de droit dont les affaires plantaient. Ken Holland, éminence importante de la LNH derrière la dynastie des Red Wings de Detroit de la fin des années 80, années 90, 2000, et qui avait sa large part d'Européens dans son club champions, disait d'eux que si la LNH précipitaient leur développement, des années de confiance pouvaient les scléroser à jamais. 

C'est ce qui semble arriver à K.K. arrivé dans la LNH beaucoup trop vite et pas assez "poussé" encore. Il était gravement juvénile de narguer l'équipe qui vous avait choisi et de faire du boudage pour quelques matchs dans les gradins, qui, au final, vous aurons au moins fouetté. (c'était donc nécessaire de faire voir d'en haut). Il est encore plus immature que de cracher sur Montréal en direction de la Caroline. Je ne sais pas comment il a été perçu par ses propres coéquipiers à 500 000$ le but, l'an dernier. Cette année, il a accepté 8 ans de contrat pour une moyenne de 4 millions pas année. C'est encore beaucoup trop pour une production de joueur de 3ème-4ème ligne.

Il ne livre pas. Dans une bonne équipe.  Dans un match d'il y a une semaine, jour pour jour, les Hurricanes démolissaient les Oilers 7-2. Donc 21 cases possibles où son nom aurait pu apparaitre. & fois pour être plus juste. Il a brillé de 0 but, 0 passe. Mais 2 minutes de punitions. Il est d'ailleurs le joueur le plus puni du club. Pas certain que ce soit la contribution souhaitée d'un gars payé 4 millions par année. 3 maigres point depuis le début de la saison. C'est moins de points qu'Arber Xehaj, des Canadiens, que personne n'attendait. Et qui gagne 828 000$ par année pour les 4 prochaines années. 

KK n'a jamais joué dans les tournois de World Junior. N'a jamais joué pour l'équipe nationale de la Finlande non plus dans des tournois. C'est une fondation d'expérience très mince. Il a initialement été repêché dans un des marché les plus difficiles où tout serait scruté à la loupe 125 fois. Le club avait besoin de lui davantage que le contraire. Cole Caulfield joue désormais ce rôle. (Héritage Bergevin, je vous rappelle, Bergevin haters). Les caractéristiques de JK (qu'on appelle KK) en sont qui prennent du temps à se développer.

Il est grand et élancé, il a besoin de muscle et de poids. 6'02, il ne fait que 202 livres. Il a une longue portée et un long coup de patin qui le fait paraitre plus lent qu'il ne l'est réellement. Il a de très belles qualités de finesse, et un certain flair offensif, dans le trafic. Il peine toutefois à se servir de son grand corps afin de créer de l'espace entre l'adversaire et la rondelle. Ce qui devrait être plus facile pour les longues portées. 

Ce que les gens oublient parfois, c'est que tous les clubs de la LNH ont des dizaines et des dizaines de joueurs qui attendent en ligne afin de jouer dans le grand club portant le fameux filet de l'organisation qui les as repêchés. Si la carrière de l'un (Carey Price disons) pars à la dérive, un autre en profitera (Sam Montembault, cette, saison, disons wow! ).  Les mauvais choix entre 18 et 22 ans peuvent être dévastateurs pour la carrière d'un joueur de la LNH. 

Une grande erreur commune est de penser que d'atteindre la LNH (et ensuite gagner la Coupe) est le but ultime. Mais le vrai but, est d'atteindre la LNH, ET D'Y RESTER. Pour ainsi penser pouvoir gagner la Coupe. 

KK, de la manière qu'il joue, semble une erreur de la part de la Caroline qui a misé sur lui. 

Il est davantage Zadina que Tkachuk. 

Son moment de gloire cette année se résume à un coup de poing, "ganté" contre le gars qui a été repêché deux rangs devant lui, en 2018. Mais qui lui au moins, a un impact sur son club. 

Du moins, pour le moment.